Montréal déroule le tapis rouge pour les touristes chinois

Pierre-André Normandin
La Presse

Services de paiement destinés aux Chinois. Sites web en mandarin. Signalétique repensée. Montréal déroule le tapis rouge pour séduire les touristes chinois, espérant augmenter de 50 % le nombre de visiteurs en provenance de la Chine d'ici à 2020.

Il suffit de visiter les secteurs touristiques de Montréal pour le constater : le nombre de touristes chinois est en forte augmentation. « C'est un marché important. C'est de très bon augure pour Montréal », s'emballe Lyne Joly, propriétaire du Bateau-mouche, entreprise qui compte bien profiter de cette nouvelle manne touristique.

De 54 000 touristes chinois en 2014, ils ont été près de 125 000 à visiter Montréal l'an dernier. En vertu de cette forte progression, la Chine a dépassé le Royaume-Uni pour se classer comme deuxième marché outre-mer en importance, derrière la France. « Ça fait plusieurs années que l'on constate une hausse », indique Aude Lenoir, professionnelle de recherche à la Chaire de tourisme de l'UQAM.

Tourisme Montréal s'attend à ce que la vague de touristes chinois continue à déferler sur la métropole. L'organisation chargée de faire la promotion de la ville s'attend à dépasser cette année la barre des 140 000 visiteurs en provenance de la Chine et à franchir les 180 000 en 2020.

« Avec les vols directs Chine-Montréal, c'est clair qu'on va avoir une progression, au moins pour les cinq prochaines années. C'est assez important comme progression », explique Sophique Morin, directrice du marketing de la Société du Vieux-Port.

Principale attraction touristique de Montréal avec 7 millions de visiteurs par an, le Vieux-Port a décidé de prendre le virage chinois. La Société a ainsi pris part en mai dernier à une formation offerte par Tourisme Montréal aux principaux acteurs de la métropole afin de répondre aux attentes des touristes chinois. « On va être un lieu incontournable pour la clientèle chinoise, alors il faut se préparer. On est habitués de servir de la clientèle de partout, mais la clientèle chinoise a des besoins et des habitudes de consommation particuliers », relate Sophie Morin.

ADAPTATION NÉCESSAIRE

Puisque les touristes chinois parlent peu anglais - et encore moins français -, le Vieux-Port compte offrir sous peu un site web en mandarin. La signalétique sera aussi repensée pour être plus facile à comprendre. Le Centre des sciences compte notamment revoir sa principale exposition pour qu'elle soit accessible aux touristes chinois. « On va remplacer une bonne partie des instructions avec un langage plus universel, plus visuel. La clientèle chinoise nous force à nous adapter à elle, mais c'est une plus-value pour toutes les clientèles », souligne Sophie Morin.

En effet, Montréal accueille aussi un nombre croissant de touristes allemands, friands des croisières, qui ne parlent pas tous anglais également. Importante clientèle pour le Centre des sciences, les enfants qui ne savent pas lire en bénéficieront aussi.

Autre écueil, les touristes chinois utilisent des plateformes de paiement incompatibles avec celles qu'on emploie en Occident. Le Groupe Écorécréo, qui gère plusieurs attractions du Vieux-Port, dont Voiles en voiles et des services de location de vélos et de pédalos, offrira d'ici au mois d'août des bornes de paiement AliPay et WeChat, populaires auprès des Chinois.

OFFENSIVE CANADIENNE

Cette croissance s'inscrit non pas dans un contexte de soudaine popularité de Montréal, mais dans celui d'une vaste opération charme du Canada auprès des Chinois. Le gouvernement fédéral a en effet décidé de courtiser cet important marché, en faisant de 2018 l'année du tourisme Canada-Chine.

Le marché chinois offre d'importantes perspectives de croissance pour le Canada. La Chine a beau avoir détrôné au cours des dernières années le Royaume-Uni à titre de deuxième source de tourisme étranger - les États-Unis demeurent la principale source de visiteurs -, le pays reste encore loin dans les destinations de prédilection des touristes chinois.

Le Canada est en effet seulement la 20e destination en importance des touristes chinois, loin derrière les États-Unis (4e) et la France (7e).

MONTRÉAL LOIN DERRIÈRE TORONTO ET VANCOUVER

Si la croissance du nombre de touristes chinois est forte à Montréal, ils restent nettement moins nombreux qu'à Toronto et à Vancouver. L'an dernier, la Ville Reine a accueilli 319 000 touristes chinois et la ville la plus peuplée de la Colombie-Britannique, 300 000.

L'important écart s'explique essentiellement par le nombre de vols directs, évalue Aude Lenoir. En 2018, les vols sans escale entre Montréal et la Chine offriront 168 000 sièges. C'est nettement moins que les 580 000 avec l'Ontario et les 860 000 avec la Colombie-Britannique. « Mais la capacité aérienne sur Montréal augmente et ça va favoriser la croissance du nombre de visiteurs », analyse Mme Lenoir.

Nombre de touristes chinois à Montréal

  • 2014: 54 050
  • 2015: 61 995
  • 2016: 92 993
  • 2017: 123 681
  • 2018*: 142 233
  • 2019*: 160 723
  • 2020*: 180 010

*Les données de 2018 à 2020 représentent des projections.

Source : Tourisme Montréal

Publié le 19 juillet 2018 à 05h00 |